Réussir bovins viande 09 mars 2005 à 15h19 | Par Bernard Griffoul

Installation des étrangers - L´intégration sociale et professionnelle dépend de nombreux facteurs

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Comment s´intègrent ces nouveaux arrivants sur le sol français ? « L´intégration dans le tissu agricole local est d´autant plus facile pour un étranger que le contact avec son prédécesseur se passe bien », a constaté Stéphanie Lesage, stagiaire ingénieur, lors de ses enquêtes. Et de noter aussi que la scolarisation des enfants est « un facteur qui favorise très nettement l´insertion sociale de toute la famille étrangère en France ». Mais, les situations sont vraiment contrastées, nuance Christelle Brosset de Terres d´Europe qui insiste sur la difficulté parfois à faire coïncider le projet de vie avec le projet professionnel. Les raisons initiales de la migration sont généralement professionnelles et pas forcément partagées par toute la famille. « Quand les gens ne se sont pas assez préparés ou qu´il n´y a pas unanimité dans le couple, la vie de tous les jours, avec la barrière de la langue, peut être suffisamment difficile pour qu´ils repartent. »
Y a-t-il beaucoup de vrais échecs avec retour au pays ? Difficile à dire. Il semble surtout que les situations difficiles ne soient pas rares. « Certains s´investissent très vite dans les Cuma, les groupes d´entraide, dans la vie sociale, surtout quand dans le couple, au moins un des deux maîtrise la langue. Et puis il y a des cas de repli communautaire dans des régions où il y a beaucoup d´agriculteurs étrangers. Globalement, parmi les candidats que nous voyons, la majorité s´intègre bien, mais c´est clairement lié à la langue. »
Parfois aussi, les migrants éprouvent des désillusions, à la fois économiques et techniques. « Ils pensent pouvoir vivre de leur métier d´agriculteur dans de meilleures conditions, mais le revenu n´est pas toujours à la hauteur de ce qu´ils espéraient. Beaucoup cherchent à reproduire à l´identique ce qu´ils faisaient chez eux et ils ont du mal à se réadapter à un autre climat, un autre sol, un autre réseau agricole, un marché différent... Au début, parfois, ils se brûlent un peu les ailes. »
Pour en savoir plus
Voir dossier de Réussir Bovins Viande de février 2005 intitulé « Anglais, Hollandais, Suisses, Italiens. Ils ont investi en France ». La revue en explique les raisons. « Un foncier parmi le moins cher d´Europe, des surfaces agricoles encore disponibles, une agriculture mieux reconnue que dans certains autres pays... Tous ces facteurs font que des étrangers, pour la plupart européens, sautent le pas et viennent s´installer dans les régions françaises pour y exercer leur métier d´éleveur. » Analyse, témoignages et expériences vécues. (RBV nº113, 14 pages.)

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui