Réussir bovins viande 08 janvier 2016 à 08h00 | Par François d'Alteroche

Un couloir d’alimentation mobile pour du plein air

Laurent Fourcade est double actif et ses bovins sont pour partie conduits en plein air intégral. Il a conçu un couloir d’alimentation mobile utilisé en hiver pour rationner au plus juste et éviter la formation de bourbiers devant l’auge.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le dispositif mesure 6 m de long, 2 m de large, 20 cm de hauteur, pèse un peu plus de 5 tonnes et comporte un cornadis de 8 places qui limite forcément à ce chiffre le nombre de têtes dans le lot. © F. d'Alteroche Les deux auges de trois mètres positionnées devant les cornadis sont mobiles. Elles coulissent sur le plancher et peuvent de ce fait être rentrées lorsqu'il faut ramener la largeur à 2 mètres pour dépla © F. d'Alteroche Les quatre fourreaux creux, dans lesquels s’enfilent les barres métalliques rectangulaires sur lesquelles reposent les auges, sont soudés sur la plate-forme en métal striée mais auraient gagné à être positio © F. d'Alteroche Moyennant la mise en place d’une barrière de tri sélectif à la place de cette barrière positionné derrière les vaches, le dispositif pourrait aussi au besoin s’utiliser comme nourrisseur à broutards. © F. d'Alteroche La mise sur roues se fait via des verins hydrauliques positionnés à l’arrière du couloir. © F. d'Alteroche Le timon se rentre dans le châssis. © F. d'Alteroche Le timon peut s’enfiler sous le châssis une fois le déplacement dans une nouvelle parcelle terminé. © F. d'Alteroche Des barrières de contention permettent aussi de former un parc circulaire et de rassembler le lot à côté du couloir avant une éventuelle opération de tri ou de contention. © F. d'Alteroche Le dispositif (ici dans sa version 'prototype') peut être aisément prolongé par une bétaillère. Grâce au cornadis, il est possible de libérer une à une les seules vaches devant être d&a © L. Fourcade

Éleveur à Bourg de Bigorre, dans les Hautes-Pyrénées, Laurent Fourcade partage ses journées entre un troupeau de 35 Blondes d’Aquitaine et un emploi à l’extérieur. En période hivernale, une partie de ses animaux sont en plein air intégral. Leur ration se compose d’une association ensilage + concentré distribuée dans des auges. Pour limiter la formation de bourbiers autour du point d’alimentation et s’assurer que chaque vache puisse consommer sa ration sans être malmenée par sa supérieure hiérarchique, il a mis en place un couloir d’alimentation mobile métallique équipé d’un cornadis. Monté sur roue, il est aisé à déplacer d’une parcelle à l’autre. « Le cahier des charges que je m’étais fixé était un dispositif mobile, facile à déplacer, similaire à un couloir de stabulation avec plancher métallique, cornadis et auge. La plupart des parcelles que j’exploite sont en location. Sur celles utilisées pour l'hivernage, je ne voulais pas investir dans un parc et couloir bétonné fixe qui ne m'aurait servi que quelques semaines. » La volonté était aussi d’éviter toute construction de ce type pour couper court à toute possibilité de litige avec les propriétaires des parcelles. « Je n’ai pas non plus de pâtures de grande dimension. Un même lot ne passe jamais tout l’hiver sur une même parcelle. »

Attraper les vaches tous les jours

Moyennant de nombreuses heures passées à découper des pièces en métal puis à les souder, Laurent Fourcade a d’abord construit un prototype. Il s’est ensuite rapproché d’un constructeur. Ce dernier a fabriqué d’après le prototype une version plus aboutie et surtout galvanisée. Tout est en acier. Il est en service pour le second hiver consécutif. « La mise en place est rapide. Il faut poser l’ensemble sur un endroit le plus plan et le plus sain possible, rentrer le timon, sortir les auges et c’est prêt ! » Cela fait deux hiver qu’il est en service. " Avoir des vaches qui puissent être attachées tous les jours est également un atout pour entretenir leur docilité. Je peux les bloquer facilement pour un rebouclage, un traitement ou une intervention vétérinaire… »

Cela pourrait aussi s’utiliser comme remorque pour transporter un peu de paille ou des sacs d’engrais. Mais il faut alors l’envisager uniquement comme du dépannage. Ce n’est pas prévu pour.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui