Réussir bovins viande 01 septembre 2006 à 15h34 | Par Jean-Jacques Biteau

Travail superficiel, semis en ligne - Préparer le sol et semer rapidement, à moindre coût

Lorsque des outils de préparation superficielle du sol reçoivent une trémie, un système de distribution et de transport des graines et des socs semeurs, ils se transforment en « déchaumeurs-semeurs ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les solutions techniques sont nombreuses pour réduire les temps de travaux, le nombre de passage sur les parcelles, le coût d´implantation des cultures en lignes. tout en limitant les charges de mécanisation.
L´offre continue de s´étoffer avec, entre autres, de nouveaux outils simples et polyvalents. Ils réalisent un travail superficiel du sol et le semis en un passage, sur des sols préparés ou en présence de résidus végétaux. Ces outils se composent le plus souvent de dents vibrantes ou droites fréquemment équipées de sécurités non-stop.

Quatre rangées de dents pour plus de dégagement
Ces dents de « déchaumeurs-semeurs » ressemblent beaucoup à celles présentes sur les vibroculteurs mais avec un dégagement sous bâti supérieur (généralement plus de 40 cm contre 40 cm pour un cultivateur à dents) pour faciliter le mélange et l´évacuation des résidus végétaux. L´extrémité des dents dispose d´un soc semeur, lui-même muni d´un soc droit (souvent réversible), d´un soc butteur, d´un soc patte d´oie. selon le travail souhaité. Ces équipements réalisent aussi bien le semis en lignes des cultures et/ou des couverts végétaux que le déchaumage, en débrayant la distribution du semoir.
Ces « déchaumeurs-semeurs » sont bien adaptés pour les semis d´automne, notamment en sols superficiels, mais aussi au printemps pour la préparation d´un lit de semences, pour le semis sans labour ou sur labour. En revanche, la présence d´un volume important de débris végétaux, par exemple après un maïs grain, rend plus délicate l´implantation de cultures avec ce type d´équipement.

Dans tous les cas, il est remarqué à l´usage qu´un outil à quatre rangées de dents est mieux adapté au travail (déchaumage et/ou semis) en présence de débris végétaux, même peu volumineux. Dans ce cas, l´écartement entre les dents varie de 12,5 à 20 cm selon les marques et les modèles. D´ailleurs, il est fréquent de pouvoir régler l´écartement pour adapter l´outil aux travaux et aux semis à effectuer.
Pour améliorer le suivi du terrain, les constructeurs réalisent généralement des châssis composés de plusieurs sous-ensembles indépendants, avec amortisseurs ou système de sécurité. Le contrôle de la profondeur de travail et/ou de semis se réalise en général par des roues porteuses (deux ou quatre), avec dispositif de réglage, essentiellement par manivelle pour chaque roue.

Dans certains cas, le rouleau arrière qui assure le rappuyage, notamment après le semis, contrôle également la profondeur. Selon les modèles et les options, une herse à dents remplace le rouleau arrière pour le recouvrement. Pour le semis, ces « déchaumeurs-semeurs » polyvalents reçoivent une trémie centrale arrière, une tête de distribution à dosage mécanique de la quantité à semer et une ventilation pour le transport des graines jusqu´aux socs semeurs. Ces unités de semis compactes s´intègrent facilement sur des outils dont la largeur de travail varie de 3 à 12 mètres selon les modèles. L´augmentation d´autonomie de la trémie peut se réaliser en plaçant une autre trémie à l´avant du tracteur.
Les dispositifs de sécurité ©ici par ressort sur l´ensemble des composants ©planche niveleuse, dents, herse de recouvrement, . facilitent le passage d´obstacles. ©Maschio-Gaspardo

Travailler vite et à moins de cinquante euros par hectare
Selon la largeur de l´outil et avec une vitesse d´avancement souvent supérieure à 10 km/h, il est possible de travailler 1,5 à plus de 5 hectares par heure selon le parcellaire, l´organisation du chantier et les conditions de travail.
Avec une puissance nécessaire relativement réduite (100 à 150 ch pour une largeur de 3 à 8 m) et un investissement compris entre 15 000 et 57 000 euros(1), le coût d´utilisation peut être inférieur à 50 ?/ha(2), avec un outil de 4 mètres et un tracteur de 130 ch, utilisés sur 100 ha/an.
Un équipement de 8 mètres, associé à un tracteur de 180 ch, utilisé sur un minimum de 200 ha/an, peut réaliser les travaux pour un budget proche de 40 ?/ha(2).
Le semoir Allseeder de Köckerling reçoit un rouleau STS qui consolide le sol. ©Köckerling

Les principales marques en France
 Agri-Structure (modèle SèmeFlex), Yves Barbereau, 6 Rue Alsace lorraine, 37390 Notre Dame d´Oé. Tél.-fax 02 47 55 27 00.

 Kverneland France (modèle Tine Seeder), 55 avenue Ampère, BP 70147, 45803 Saint Jean de Braye Cedex. Tél. 02 38 52 43 00.

 Köckerling France (modèle Allseeder), ZA des vaux, 61500 Essay. Tél. 02 33 27 69 16.

 Maschio Gaspardo France (modèle Evatris), 1 rue de Mérignan, ZA, 45240 La Ferté Saint-Aubin. Tél. 02 38 64 12 12.

 Perrein (modèle Novaflex), Chemin Châlons, 51400 Dampierre au Temple. Tél. 03 66 31 20.

 Techmagri (modèle Sumo), 3 Grande Rue, 10140 Amance. Tél. 03 25 41 37 59.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui