Réussir bovins viande 11 mars 2002 à 13h24 | Par S. B.

Pour aménager son temps de travail - Distribuer la ration des vaches plus simplement

Plusieurs essais ont été menés pour étudier la possibilité de simplifier le travail de distribution des aliments. Voici les résultats de trois d´entre eux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Pour aménager le temps de travail et diminuer sa pénibilité, se libérer le week-end, voire pour mieux gérer une éventuelle main-d´ouvre salariée, il peut être très intéressant d´organiser autrement la distribution quotidienne de la ration. Cela revient à ne pas distribuer chaque jour tous les aliments qui composent la ration. « Tant que la ration est essentiellement constituée de fourrages, ceci ne pose pas a priori de problème au bon fonctionnement du rumen », analyse Cécile Martin de l´équipe Digestion microbienne de l´unité de recherche sur les herbivores, Inra de Theix. « Les conditions ruminales sont ainsi stables, en équilibre. » Ce ne serait pas possible évidemment pour des taurillons à l´engraissement qui ont de forts besoins de production et reçoivent des rations à haute densité énergétique !
Lot expérimental ©SB

Les vaches du lot expérimental. Elles ont reçu leur ration la veille au matin.
Lot témoin ©SB

Les vaches du lot témoin. Elles ont reçu leur ration le matin même.

Peu d´effets à court terme pour les vaches
Trois essais présentés ici montrent par contre que les effets à court terme sont peu importants pour les vaches allaitantes. La ration semble être valorisée différemment de lorsque tous les aliments sont distribués chaque jour, mais les vaches semblent s´en accommoder. Pour les autres catégories d´animaux, il convient pour l´instant d´être plus prudent. Des essais sur les génisses (voir partie 2) montrent a priori une plus grande sensibilité des jeunes. Un essai en cours à la ferme expérimentale des Etablières devrait apporter d´autres résultats intéressants sur les veaux et les génisses.
1 Distribuer la ration trois fois par semaine
A la Ferme expérimentale des Etablières, un essai mené par l´Institut de l´élevage et la Chambre d´agriculture de Vendée consiste à distribuer la ration trois fois dans la semaine au lieu de tous les jours. « Cette technique permet de gagner du temps à l´échelle de la semaine », explique Guillaume Eudeline, responsable du troupeau de la ferme expérimentale.
Des vaches en vêlage d´automne reçoivent les fourrages et le concentré le lundi matin, le mercredi matin et le vendredi matin. Des lots témoins correspondants les reçoivent chaque matin. La ration est composée d´ensilage d´herbe et de foin, avec dix kilos de concentré par semaine. L´ensilage est distribué avec une désileuse classique et le foin est à disposition dans des rateliers situés au milieu des cases. Le concentré est soigneusement mélangé à la main pour que les vaches le consomment en même temps que l´ensilage. « C´est le deuxième hiver que nous testons cette technique sur des vaches allaitantes », explique Guillaume Eudeline. « Nous n´avons pas les résultats définitifs de l´essai, mais l´an dernier, cela a bien marché. Nous n´avons pas observé de différence significative sur le poids ni sur l´état d´engraissement des vaches du lot expérimental par rapport à celles qui avaient leur ration tous les jours.

La ration est distribuée le lundi, le mercredi et le vendredi
Leurs veaux ont réalisé des croissances identiques. » Chaque soir, l´ensilage mélangé au concentré est repoussé devant les cornadis. Les expérimentateurs ont observé que les vaches mangeaient et ruminaient à peu près en même temps que celles du lot témoin. Avec un ensilage de très bonne qualité l´hiver dernier, les vaches ont eu peut-être tendance à manger d´abord de l´ensilage, et le foin ensuite. Cette année, elles semblent manger du foin chaque jour comme le lot témoin. Cet hiver, l´essai a été étendu dans les mêmes modalités au rationnement des veaux et des génisses d´un an et de dix-huit mois. Affaire à suivre !
2 Distribuer l´ensilage d´herbe cinq jours en semaine et les autres aliments le week-end
L´Institut de l´élevage, avec le Lycée agricole de Chaumont (52) et l´Enesad (21) ont essayé sur un troupeau Limousin de distribuer l´ensilage d´herbe chaque matin du lundi au vendredi, et les autres aliments le samedi et le dimanche. Les lots témoins recevaient chaque jour à la fois l´ensilage d´herbe et les autres aliments. Pour les génisses d´un an, ont été testés des régimes ensilage d´herbe, foin et concentré et ensilage d´herbe, ensilage de maïs et concentré calculés pour permettre des croissances de 600 grammes par jour. Pour les génisses de deux ans, une croissance de 300 g par jour était visée avec en plus de l´ensilage d´herbe, soit du foin et du concentré, soit de la paille et du concentré. Les vaches en vêlage d´automne recevaient de l´enrubannage, avec soit du foin et du concentré, soit de la paille et du concentré. L´objectif que s´était fixé les expérimentateurs étant qu´elles ne perdent pas plus de vingt-cinq kilos. « Pour les génisses des lots expérimentaux, les variations des apports entre un jour de semaine et un jour de week-end étaient de 1,5 à 2,5 UFL et pouvaient aller jusqu´à 250 g de PDI. Les génisses ont eu des croissances plus faibles que celles du lot témoin, d´environ 130 grammes par jour pour celles d´un an et de 70 grammes par jour pour celles de deux ans. » Les vaches allaitantes, dont les apports entre la semaine et le week-end variaient de 2 à 4 UFL et de 200 à 400 g de PDI, n´ont perdu que sept kilos de plus que celles du lot témoin.
Leurs veaux ont accusé un retard de croissance de cinq kilos en moyenne à la fin de l´hiver. « La récupération au pâturage n´est que partielle chez les génisses d´un an et les génisses de deux ans n´ont pas du tout rattrapé leur retard. Les vaches par contre ont complètement récupéré à l´herbe », explique l´Institut de l´élevage. Leurs intervalles vêlage - vêlage n´ont pas été affectés.
« En conclusion, ce mode d´affourragement simplifié parait sans conséquence sanitaire mais réduit l´efficacité alimentaire, avec semble t-il une plus grande sensibilité des jeunes animaux. Des génisses élevées selon cette technique pourrait accuser un retard de croissance de 20 kg à l´entrée de leur troisième hiver. »

* Simplification de l´alimentation hivernale en troupeaux allaitants par distribution alternée des fourrages. 1997, Grenet, Haurez, Billant, Imbert, Journées 3R.
3 Distribuer le foin et la paille une fois par semaine
Les fourrages récoltés en grosses balles sont plus simples à distribuer une seule fois dans la semaine, plutôt que de les manipuler tous les jours. Partant de cette observation deux essais ont été menés à l´Inra de Theix, l´un sur des Salers et l´autre sur des Charolaises, vêlant fin février-début mars, qui recevaient une ration composée de foin et de paille. Chaque vache du lot expérimental recevait 63 kg de foin le lundi matin et de la paille à volonté, celles du lot témoin recevaient chaque matin 9 kg de foin et de la paille à volonté. « Le foin a été toujours ingéré en totalité par le lot expérimental. La consommation de paille par contre, bien qu´elle ait progressé au cours de l´essai, a été pénalisée par le fait d´être distribuée une fois par semaine », selon l´Inra. Cette moindre consommation de paille du lot expérimental a représenté une faible différence d´apports énergétiques, de l´ordre de 0,3 UFL par jour. « En début de semaine, les vaches mangent uniquement du foin, puis au fur et à mesure que le stock diminue, elles consomment de la paille. A partir du cinquième jour, elles ne disposent plus que de paille. » L´énergie ingérée par chaque vache du lot expérimental passe donc de 13 UFL le lundi à 3 UFL le vendredi et l´encombrement calculé de la ration passe de 21 à 10 UEB avant de s´élever à nouveau, avec l´augmentation de la consommation de paille en fin de semaine, à 16 UEB le dimanche.
Les vaches affouragées une fois par semaine ont perdu au total 44 kg (± 17 kg) et 0,8 point de note d´état.
Celles du lot témoin ont perdu 30 kg (± 19 kg) et 0,6 note de point d´état. Leurs productions laitières et les croissances des veaux ont été similaires dans les deux lots. « Le mode de distribution simplifié des fourrages ne limite pas le niveau de production des vaches mais entraîne une mobilisation supérieure des réserves corporelles. » Ce n´est pas la différence de l´apport énergétique à l´échelle de la semaine, due à une moindre consommation de paille dans le lot expérimental qui explique cette plus forte mobilisation des réserves. Elle reste d´ailleurs facilement compensable à l´herbe ou par un apport de concentrés. « Ceci laisse supposer une valorisation différente de la ration par les vaches quand on distribue le fourrage une fois par semaine », explique l´Inra.

* Distribution à l´échelle de la semaine d´une ration foin/paille à des vaches allaitantes. 1997, Lassalas, Agabriel et Petit. Journées 3R.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui