Réussir bovins viande 04 avril 2001 à 16h35 | Par Sophie Bourgeois

Pois, féverole, lupin : des solutions pour produire ses protéines

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Pois, féveroles et lupins peuvent permettre d´atteindre l´autonomie de l´exploitation en matière d´apports protéiques et de garantir l´origine de l´alimentation du troupeau, en particulier par rapport au risque OGM. Voici une présentation rapide de ces trois protéagineux, avec pour chacun leurs atouts et leurs limites.
Le pois, la féverole et le lupin bénéficient du même régime de soutien avec une indemnité compensatoire fixe par hectare et une mise en marché libre. Tous trois constituent une tête d´assolement favorable aux céréales et nécessitent assez peu d´intrants et d´interventions en culture. Le pois est adapté à tous les sols et climats, mais préfère les limons profonds. Il est à noter qu´il existe des variétés résistantes à la verse. Le pois est très productif, avec des rendements compris entre 40 et 70 quintaux par hectare.
La féverole quant à elle présente un potentiel de rendement élevé en climat doux et pluvieux. Elle est facile à semer et à récolter en sol argileux ou caillouteux, s´accomodant d´un lit de semences grossier. Grâce à sa tige rigide, la récolte est en général facile. La féverole craint par contre la sécheresse et la chaleur en début d´été, pendant la floraison et le remplissage des grains, qui peuvent engendrer des rendements irréguliers pouvant aller de 30 à 70 quintaux par hectare.
Le lupin doux est une culture rustique à récolte facile. Son potentiel de rendement est par contre moindre que celui du pois ou de la féverole, avec 25 à 45 quintaux par hectare. Ses limites sont principalement d´ordre agronomique. La récolte des variétés de printemps est tardive (en même temps que les tournesols) et il est sensible aux excès d´eau et à l´anthracnose. Le désherbage de post-levée en rattrapage contre les dicotylédones est difficile pour le lupin comme pour la féverole.
Féverole de printemps et d´hiver, culture et utilisation, mémento 2001. UNIP-ITCF, septembre 2000.
Pois, lupins et féveroles, des graines faciles à utiliser pour nourrir porcs, volailles et ruminants. UNIP-ITCF, septembre 2000.
Le pois protéagineux pour les ruminants, nouvelles valeurs, nouveaux débouchés. ITCF-UNIP, juillet 1997.
Du lupin pour les ruminants. ITCF-UNIP, juillet 1995.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui