Réussir bovins viande 11 juillet 2016 à 08h00 | Par S.Bourgeois

Plus vite vers l’éradication de l’IBR

Les mesures de lutte contre l’IBR sont renforcées pour la prochaine campagne. La mesure phare consiste à interdire l’introduction d’animaux positifs en élevage. Le renforcement du dépistage dans les cheptels à risque est l’autre levier pour avancer plus vite dans l’éradication de l’IBR.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le dépistage sera renforcé dans les élevages à risque avec le contrôle des animaux âgés de douze à vingt-quatre mois.
Le dépistage sera renforcé dans les élevages à risque avec le contrôle des animaux âgés de douze à vingt-quatre mois. - © S.Leitenberger

Les mesures de lutte contre l’IBR en place jusqu’à présent ont permis de faire évoluer la situation favorablement : actuellement, la prévalence (nombre de cheptels où au moins un animal est positif) est d’environ 10 % en France. Ce chiffre ne traduit cependant pas les importantes variations de prévalence selon les zones géographiques ni le fait que parmi ces animaux, une partie est vaccinée dont certains à titre préventif. Mais la progression du programme volontaire est lente. « Nous sommes au milieu du gué. Certes nous sommes plus proches de la rive d’arrivée, mais pour aboutir, il est nécessaire de ramer un peu plus fort » illustre David Ngwa-Mbot de GDS France. C’est le sens de cette nouvelle réglementation qui rend obligatoire la qualification indemne d’IBR à tous les troupeaux.

Un atout commercial important pour l’exportation

« Aujourd’hui, la lutte contre l’IBR coûte relativement cher. Les élevages qualifiés bénéficieront d’allègements des mesures dans le cadre de ce nouveau programme notamment à l’exportation» explique David Ngwa-Mbot. Par exemple les GDS de Bourgogne ont chiffré le coût moyen de la campagne de lutte contre l’IBR à 1,69 euro par bovin présent en Bourgogne (coûts de contrôles sérologiques et de vaccination) sans compter les réformes préférentielles des animaux positifs.  L’application du nouveau règlement devrait faciliter le passage de la prévalence, qui est actuellement d’environ 15 % dans cette région, à moins de 1 %. Il s’agirait alors d’une ZEF (zone épidémiologiquement favorable). L’acquisition de ce statut permettra une baisse de 30 % des frais qui sont à la charge des éleveurs puisqu’elle conduit à un allègement de 80 % de la prophylaxie (elle est alors calée sur celle de la brucellose avec contrôle de 20 % des animaux).

Et en obtenant la reconnaissance au niveau européen du programme de lutte français et, à terme, le statut de pays indemme, la France accèdera à un atout commercial important pour faciliter les échanges et l’exportation. L’Allemagne, l’Italie du Nord, la Belgique et tous les pays nordiques disposent déjà de la reconnaissance de leur programme de lutte et/ou du statut indemme. Les Pays Bas et les Portugal sont en train de mettre en place un programme d’éradication. « D’autre part, il réduit au maximum le risque que des bovins français soient trouvés positifs une fois exportés» fait valoir aussi David Ngwa-Mbot.

Encourager indirectement la réforme des « positifs »

La mesure centrale de ce programme est l’interdiction d’introduire un animal positif en élevage. Les animaux positifs se verront délivrer une ASDA avec une étiquette de couleur et les opérateurs devront organiser les flux et les rassemblements de ces animaux sans qu’ils ne risquent de contaminer des animaux sains. Ils ne pourront avoir pour destination que l’abattoir ou un atelier d’engraissement dérogataire en bâtiment dédié. Concernant la surveillance des cheptels, le dépistage sera renforcé dans les élevages à risque avec le contrôle des animaux âgés de douze à vingt-quatre mois. Ceci incitera indirectement à l’élimination des derniers animaux positifs dans les élevages en ayant peu. Pour les contrôles aux mouvements, les contraintes les plus fortes porteront sur les élevages non indemnes d’IBR, qui devront réaliser un contrôle sérologique sur les bovins vendus. Un contrôle à l’introduction devra quant à lui être réalisé entre quinze et trente jours après leur arrivée, y compris pour les bovins indemnes d’IBR. « Ceci se justifie du fait que la séroconversion nécessite au moins quinze jours après le contact avec le virus de l’IBR. Le contrôle le jour de l’arrivée ne permet donc pas de déceler une contamination pendant un transport ou un rassemblement » explique David Ngwa-Mbot.

GDS France estime que la mise en place du dépistage chez les jeunes animaux pourrait augmenter de 20 % le nombre d’animaux à dépister pour 10 % des cheptels. Cette mesure incitera à assainir les cheptels.

Enfin, pour limiter le risque de réexcrétion du virus lors d’épisodes de stress et fatigue, la vaccination des animaux nouvellement trouvés positifs devra désormais être réalisée dans un délai d’un mois au lieu de deux.

En attente des notes de service pour l’énoncé des mesures

Toutes les dispositions pratiques ne sont pas encore définies, les notes de service sont attendues. Par ailleurs, les CROPSAV, Conseils régionaux d’orientation de la politique sanitaire animale et végétale, pourront autoriser des dérogations ou délais d’application pour s’adapter à la situation épidémiologique et aux moyens de chaque région. Si l’arrêté est applicable théoriquement au 1er juillet 2016, l’idée est donc de démarrer la prochaine campagne avec le plus de mesures possibles pour une bonne efficacité du programme, mais sereinement et sans étouffer les éleveurs. A noter que la multiplication des dérogations pourrait diminuer la vitesse d’éradication. L’objectif est cependant d'aboutir à une prévalence extrêmement faible de l’IBR en France à l’échéance de cinq ans.

 

Chiffres clé

Une situation actuelle favorable, à renforcer

- 67 % des cheptels sont qualifiés de façon volontaire.

- 10 % des cheptels détiennent des animaux infectés, et pour la plupart d’entre eux, le nombre d’animaux positifs dans le troupeau est très faible.

- environ 20 % des troupeaux ne sont pas rentrés dans le dispositif volontaire mais ont un statut négatif

 

Distinguer les animaux vaccinés des animaux infectés

Un test – le Kit gE - est actuellement en phase d’étude.Il permettra de distinguer un animal vacciné d’un animal infecté et donc d’avancer plus vite vers l’éradication, sans prendre de risques dans les zones à prévalence significative, en permettant une circulation aisée des animaux. Son emploi pourrait être validé d’ici un à deux ans.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui