Réussir bovins viande 22 janvier 2015 à 08h00 | Par Michel Portier

Le marché du matériel d'occasions’organise

Raisonner ses investissements en faisant le choix de l’occasion devient plus facile avec le web et l’offre structurée des concessionnaires. Les sources et les moyens d’achats se multiplient au bénéfice de l’acquéreur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans un marché des agroéquipements au ralenti depuis le début 2014, celui du matériel d'occasion s'en sort convenablement.
Dans un marché des agroéquipements au ralenti depuis le début 2014, celui du matériel d'occasion s'en sort convenablement. - © G. Souesme

Le matériel de seconde main constitue un marché à part entière. Les éleveurs investissent dans des équipements d’occasion avec des stratégies différentes. Leur première motivation est, bien évidemment, le prix moins élevé que le neuf. En cette période d’incertitude sur les prix de la viande et les débouchés du cheptel allaitant, le recours au marché de l’occasion constitue un moyen d’investir dans du matériel, sans fragiliser sa trésorerie. L’euphorie du marché du neuf de ces trois dernières années a eu pour conséquence de gonfler les parcs d’occasions avec des machines récentes qui constituent de bonnes opportunités pour les acheteurs. Et si le tracteur reste le principal matériel de seconde main, toutes les catégories d’outils sont concernées, y compris les matériels d’élevage comme par exemple les mélangeuses. Pour dénicher la perle rare, les moyens ne manquent pas. Le développement du web donnant accès à un plus grand nombre d’offres sur des sites dédiés ou des sites grand public, a engendré une modification des comportements d’achat. On va chercher une machine à l’autre bout de la France, voire à l’étranger. Mais le concessionnaire local reste bien souvent l’interlocuteur de confiance privilégié lorsqu’il est capable de satisfaire la demande. Des moyens comme l’expertise peuvent aussi rassurer les acheteurs qui préfèrent se fournir chez un particulier.
Cette évolution a créé une dynamique de toute la filière du machinisme autour du marché de l’occasion. Les concessionnaires sont plus attentifs à mettre en valeur leur parc d’occasions, et sont très présents sur internet. Certains créent des labels de qualité. De nombreuses initiatives fleurissent aux quatre coins de la France. Les concessionnaires sont également accompagnés et encouragés par les constructeurs qui mettent à leur disposition des outils de vente et de marketing ciblés sur l’occasion.

- © G. Souesme

Pour en savoir plus

Voir dossier Réussir Bovins Viande de janvier 2015. RBV n°222, p. 22 à 35.

Au sommaire :

. p.24 - L’occasion tire son épingle du jeu
Dans un marché des agroéquipements au ralenti

. p. 28 - L’acheteur d’occasion diversifie ses sources
Les habitudes de vente et d’achat de matériel

. p. 30 - Faire appel à un expert avant d’acheter
En cas d’achat d’un matériel d’occasion

. p.32 - « Je me suis tourné vers l’occasion par nécessité »
Rémi Garreau habitué du matériel d’occasion

. p. 34 - « Le matériel d’occasion complète celui en Cuma "
Hubert Facon, Pas-de-Calais

p. 35 - Les constructeurs s’organisent
Certains constructeurs ont créé des labels occasion

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui