Réussir bovins viande 17 septembre 2014 à 08h00 | Par François d'Alteroche

Le Marault, capitale mondiale du Charolais

Public nombreux, soleil radieux, éleveurs soucieux mais heureux de se retrouver. Le dernier Mondial Charolais, du 26 août au 6 septembre 2014 dans la Nièvre, avait tout d’un grand moment réussi.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
N° 1 -  Prix de championnat femelle senior et grande championne : Delphine au Gaec Richard (Vendée). © F. d'Alteroche N° 2 - Trophée International femelle : Grenadine au Gaec Blanchard (Puy de Dôme). © F. d'Alteroche N° 3 - Championne Junior : Historia à Jean-Luc Huguet (Indre) © F. d'Alteroche N° 4 - Trophée Qualités Bouchères : Hedgard à Serge Vincent (Saône et Loire) © F. d'Alteroche N° 5 - Prix de synthèse mâle : Espoir à Didier Chassot (Allier), Pascal Merle (Haute-Loire) et Denis Corneloup (Allier) © F. d'Alteroche N° 6 - Champion Junior mâle : Héracles M au Gaec Micaud (Allier) © F. d'Alteroche N° 7 - Champion Senior et grand champion : Escadron à l’Earl Minard (Cher) © F. d'Alteroche N° 8 - Prix d’Honneur veaux mâles : Jacobin au Gaec Lapendery (Loire) © F. d'Alteroche N° 9 - Prix d’Honneur veaux femelles : Jackie au Gaec Paroton frères (Creuse) © F. d'Alteroche N°10 – Premier prix d'honneur mâle : Jacobin, Gaec Lapendry (Loire) © F. d'Alteroche

Rarement il avait été possible de voir autant de Charolais et un public aussi nombreux à la ferme de Magny-Cours dans la Nièvre. La dernière édition du Mondial de la race, du 26 août au 6 septembre 2014,  a incontestablement été un succès. « On est à la fois ravis et presque surpris par cette affluence. On a beaucoup travaillé mais on est récompensé. Le site du Marault est bien adapté à l’organisation de ce type de manifestation » soulignait Michel Baudot président du Herd Book en estimant à environ 20 000 le nombre de visiteurs venus profiter des 520 bovins adultes en concours suivi six jours plus tard par quelques 400 veaux et velles de l’année. L’objectif de requinquer les troupes autour de la première race à viande française en fêtant par la même occasion les 150 ans du livre généalogique français et les 50 ans de charolais International (Fédération internationale des sélectionneurs charolais) aura été un pari réussi.

« A travers ce mondial, les acteurs de la sélection et de la viande ont prouvé qu’ils peuvent se réunir autour de la race Charolaise. On a essayé de donner une cohésion entre les différents acteurs travaillant avec la Charolaise. Rien qu’en cela, cet événement ne sera pas anodin.»

Le choix d’organiser simultanément une exposition vente d’une centaine de femelles finies a contribué à attirer un public nouveau. L’organisation de ce rendez-vous a été réalisé en partenariat avec Interbev et Emmanuel Bernard son relais Nivernais, lequel a réussi à amener sur le site une bonne partie des partenaires de l’aval. Ces derniers ont joué le jeu à l’heure des transactions avec des tarifs supérieurs à ce qui est actuellement pratiqué en ferme. Bien des éleveurs déplorant en revanche une activité commerciale trop timide pour les reproducteurs. Les ventes d’animaux semblent moins intéresser les étrangers. En plus des barrières sanitaires vers certains pays, l’essentiel des transactions se font désormais via semences et embryons, un matériel infiniment plus aisé à faire voyager que des bovins sur pied.

Parmi les incontournables sur ce concours à signaler la performance du Gaec Micaud dont toute la tribu est unie autour d’une même passion pour la génétique charolaise et les concours. Difficile non plus de ne pas mentionner Camille Melaye, éleveur nivernais naisseur des deux champions mâle de ce concours. Un joli clin d’œil au soir d’une belle carrière de sélectionneur.

Voyage d’étude pour éleveurs étrangers

 

Quelque 90 éleveurs étrangers en provenance de 15 pays (Irlande, Royaume-Uni, Suède, Allemagne, Belgique , Tchéquie, Amérique du Nord… ) participaient à cette édition. A l’occasion d’une semaine de voyage d’étude concocté par le herd-book Charolais, ils ont enchaîné visites d’élevage, concours et autres sites ayant trait à l’élevage bovin en ponctuant leur périple de moments festifs visant à leur démontrer que la viande Charolaise se marie à la perfection avec les grands crus bourguignons. Parmi ces étrangers on pouvait distinguer d’un côté les « habitués » déjà venus en France à plusieurs reprises. De l’autre, les nouveaux venus, souvent impressionnés par le volume de nos animaux mais aussi le contexte de l’élevage européen et ses herbages, exceptionnellement luxuriant en cette fin d’été.

Autres récompenses

 

Prix d’ensemble 70 à 130 vaches : Gaec Clame & Aubouard (Allier)

Prix d’ensemble plus de 130 vaches : Gaec Micaud (Allier)

Prix de famille par le père : Elevage Thierry Prain (Loire Atlantique)

Prix de famille par la mère : Gaec Gauthé (Nièvre)

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui