Réussir bovins viande 22 septembre 2006 à 17h28 | Par Denis Lucas*

Entretien des haies - Lamiers, sécateurs et nacelles élévatrices facilitent le travail

Les lamiers et les sécateurs permettent de mécaniser la taille latérale des haies. Ces matériels qui font gagner du temps, sont parfois exigeants en entretien.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Différentes solutions techniques existent pour faciliter l´entretien des haies. L´utilisation en alternance de la tronçonneuse et des outils de coupe latérale semble être la solution idéale pour pérenniser la haie et exploiter la ressource en bois.
Le recours à la tronçonneuse est nécessaire pour un travail de formation de la haie et d´émondage. L´utilisation d´une nacelle élévatrice facilite ce travail. Rappelons à ce propos qu´il n´est possible d´utiliser une nacelle sur un chargeur télescopique que si celui-ci est prévu pour cette utilisation (équipement en double-commande notamment).
Pour la taille latérale des haies, différents équipements peuvent être adaptés sur le bras d´une épareuse à la place du rotor. Le lamier à scies ou à couteaux et le sécateur sont chacun adaptés à différentes tailles de branches.
Le lamier à scies permet un débit de chantier plus élevé que le sécateur en taille latérale. ©D. Lucas

Le lamier pour mécaniser au maximum la taille latérale
Le lamier à scies permet de mécaniser au maximum l´entretien des haies et plus précisément la taille de gros bois. Il peut couper des branches d´un diamètre de 20 cm maximum avec un débit de chantier élevé. Au-dessous de 3 cm de diamètre, la coupe est souvent moins nette, et les branches ont tendance à s´effacer devant les scies. La performance du chantier varie selon que l´on demande une coupe au ras du tronc ou que l´on accepte des chutes de 20 à 50 cm.
Le lamier doit être monté sur un bras d´une portée de 5,50 m minimum pour travailler à vue et limiter la chute de branches sur le tracteur. Ce bras doit être solide car le matériel est mis à rude épreuve, surtout les premières années, compte tenu de la densité et du diamètre des branches.

Le lamier peut recevoir des plateaux équipés de couteaux en remplacement des scies, pour travailler sur des branches de plus faible diamètre. Le coût d´utilisation est plus faible qu´avec des scies. Après quelques années d´utilisation du lamier, certains groupes d´exploitants ne travaillent plus qu´avec une ou deux scies en haut du lamier et des plateaux équipés de couteaux pour les petites branches en bas, réduisant ainsi les coûts d´entretien. A plus long terme, la question du renouvellement du lamier peut se poser. Sachant que le volume de bois diminue après quelques années d´entretien, le sécateur peut parfois être plus adapté que le lamier.
Ce matériel est assez exigeant en entretien, notamment l´affûtage des scies, souvent confié à une entreprise spécialisée. Il en coûte de 18 à 23 euros par scie. La fréquence d´affûtage varie de 15 à 25 heures suivant le type de coupe et la conduite. La partie transmission, notamment les courroies, réclame aussi de l´attention. Les comptabilités des Cuma montrent des frais d´entretien allant de 8 à plus de 10 euros par heure, dont 40 à 50 % pour le lamier.
Le sécateur pour la facilité d´utilisation et d´entretien
Le sécateur accepte des branches de 10 cm maximum, mais il a une meilleure efficacité que le lamier à scies dans les petites branches. On l´utilise donc généralement à une fréquence plus élevée que le lamier.
Le choix du sécateur est souvent fait pour son coût d´utilisation moindre et sa simplicité de conduite et d´entretien, en comparaison avec le lamier. L´utilisation de ce matériel demande cependant de la précision. La qualité du travail est liée à la vitesse d´avancement (1 à 2 km/h) et à la bonne prise des branches avant la coupe. Les risques de projection sont moindres qu´avec le lamier.

Le fonctionnement du sécateur demande un faible débit hydraulique (40 à 45 l/min). Il faut donc travailler à bas régime (1200 à 1400 tr/min) pour éviter les problèmes d´échauffement d´huile, surtout si la machine n´est pas équipée de refroidisseur.
L´entretien se résume à l´affûtage. Si le sécateur n´est utilisé que pour du petit bois, l´affûtage peut se faire toutes les 50 ou 100 heures seulement. Certaines pièces hydrauliques, comme les flexibles et les joints d´étanchéité, réclament de l´attention. L´accès, l´attelage et le dételage du sécateur sur le bras sont en général assez aisés et demandent moins de trente minutes.


* d´après un document de la FDCuma de la Mayenne

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui