Réussir bovins viande 11 juin 2004 à 17h17 | Par Jean-Jacques Biteau

Enrubannage : les enfilmeuses intégrées aux presses se développent

Les enrubanneuses évoluent de façon à offrir un débit de plus en plus élevé du chantier mais aussi pour ceux qui souhaitent réaliser le chantier d´ensilage eux-mêmes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L´enrubannage des balles de fourrages reste une technique de conservation toujours très utilisée en France. Pour répondre aux attentes des éleveurs, des entrepreneurs et des Cuma, les constructeurs font évoluer leurs enrubanneuses de façon à réaliser les chantiers plus rapidement. Ainsi, les presses-enrubanneuses trouvent un certain intérêt, notamment auprès des Cuma et des entrepreneurs, même si le nombre de ces machines présentes en France reste encore assez faible. Selon François Gaillard, ingénieur au Cemagref de Montoldre, « l´évolution technologique marquante en enrubannage est le développement des presses-enrubanneuses. Pour enrubanner les balles de fourrage aussitôt après le pressage, les presses disposent de chambre de pressage qui assure également l´enfilmage de la balle où la presse reçoit une enrubanneuse placée à l´arrière, sur un châssis spécifique ». Dans ce dernier cas, il est souvent possible d´isoler l´enrubanneuse de la presse lorsque l´on souhaite utiliser la presse seule. L´enrubanneuse peut aussi faire office de groupeur de deux balles lorsqu´elle reste sur le châssis de la presse et qu´elle est inactive.

Un autre concept de la presse-enrubanneuse réside dans l´utilisation de la chambre de pressage pour réaliser l´enrubannage, une fois le pressage terminé.


Enrubanner les balles avec six couches de film
Ce type de machine « se veut compact. Cela offre une bonne maniabilité dans les parcelles les plus exiguës », souligne François Gaillard. Il ajoute, « en revanche, chaque fonction s´effectue l´une après l´autre ce qui peut freiner le débit du chantier ». Les éleveurs français, qui souhaitent réaliser seul leur chantier d´ensilage, semblent s´intéresser à ces presses-enrubanneuses. En ce qui concerne l´enrubannage proprement dit, la tendance est à la mise en place de six couches de film, de 75 cm de largeur. La pose de six épaisseurs de film, au lieu de quatre, se justifie pour augmenter la résistance de l´enveloppe. « Même si l´étanchéité est satisfaisante avec quatre couches de film, les six couches augmentent la protection du fourrage. Les éleveurs, notamment de chevaux, estiment que le fourrage est de qualité supérieure et sans moisissures, » commente François Gaillard.
©Krone


Balles parallélépipédiques pour le commerce
L´enrubannage en France se pratique essentiellement avec des balles rondes. L´enfilmage des balles parallélépipédiques restent encore assez rare dans nos régions.
Cependant, il apparaît que ce format de balles semble correspondre à ceux qui souhaitent commercialiser l´enrubannage. François Gaillard constate qu´« en Belgique (Wallonie), l´enrubannage a directement commencé avec les balles cubiques. Aussi, il semble qu´il existe un commerce de balles enrubannées qui s´effectue essentiellement avec ce type de bottes ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui