Réussir bovins viande 30 décembre 2005 à 14h41 | Par Denis Lucas

Energie alternative - Une chaudière à bois déchiqueté pour quatre habitations

Une chaufferie collective à bois déchiqueté installée dans un village d´Ille-et-Vilaine assure le chauffage de quatre maisons grâce à un réseau de chaleur enterré.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le chauffage collectif n´est pas réservé aux immeubles. C´est ce que montre l´expérience d´un village de la commune de Drouges en Ille-et-Vilaine. Une chaudière à bois déchiqueté y assure le chauffage de quatre maisons grâce à un réseau de chaleur enterré reliant la chaufferie et les habitations.
Bernard Morel, agriculteur installé en Gaec et propriétaire de l´une des maisons, est à l´initiative de la démarche. C´est le projet de restauration d´une des habitations qui a été l´élément déclencheur pour étudier la faisabilité de la chaufferie bois collective. Les trois autres maisons étaient jusque-là équipées au gaz avec des installations parfois anciennes.
La chaudière a été dimensionnée pour fonctionner en permanence à son maximum, ce qui lui assure une plus grande longévité. Chaque foyer régule la température du chauffage dans sa maison de façon autonome. En été, la chaudière ne sert que pour l´eau chaude sanitaire. Une chaudière au gaz peut prendre le relais si les besoins sont très importants, par grand froid. Elle a fonctionné quelques jours l´hiver dernier.
La chaudière a été dimensionnée pour fonctionner en permanence à son maximum. ©D. Lucas

Prévoir un volume de stockage suffisant
« La contrainte principale du chauffage par plaquettes de bois est le volume de stockage nécessaire. Ici on l´a surmontée en installant la chaufferie dans un ancien bâtiment au milieu du village, avec un volume suffisant pour avoir une autonomie de stockage de 5 à 6 mois », explique Bernard Morel.
« Le plus gros problème que l´on a rencontré est lié à la qualité des plaquettes. La vis d´alimentation s´est bloquée avec des plaquettes de taille hétérogène à cause d´un mauvais réglage de la déchiqueteuse ».
C´est le Gaec de la Tourelle auquel appartient Bernard Morel qui a investi dans la chaudière. Le Gaec facture à chaque foyer une fourniture de chaleur comprenant une part fixe (amortissement et frais financiers) et une part de frais de fonctionnement (électricité, entretien, combustible) proportionnel à sa consommation.

La consommation de chaleur de chaque foyer est mesurée grâce à quatre compteurs de calories. La facturation se fait avec une TVA à 19,6 %, car le Gaec est vendeur de chaleur et non d´un produit agricole. Une convention a été signée pour définir les modalités de facturation. Le paiement se fait par prélèvement automatique chaque mois avec une mise à jour à la fin de l´année en fonction de ce qui a été réellement consommé.

En savoir plus
 Association Aile (pour le Grand Ouest) - 73, rue de St Brieuc - CS 56520 - 35065 Rennes Cedex - Tél. 02 99 54 63 15
 Une étude sur les chaudières à bois, réalisée par Guillaume Soyeux, dans le cadre de l´Apad (Association pour la promotion de l´agriculture durable), 6 rue des Fossés Nord - 45390 Echilleuses - www.apad.assa.fr
Quatre compteurs de calories comptabilisent la consommation de chaque habitation. ©D. Lucas

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui