Réussir bovins viande 23 mars 2016 à 08h00 | Par Sophie Bourgeois

Des lots de jeunes bovins plus calmes et plus homogènes avec un robot

Un an après l’installation d’un robot d’alimentation Lely, Francine et Jean-Marie Gautrais constatent qu’en plus du temps de travail épargné, le comportement des jeunes bovins est plus favorable à une bonne croissance.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un an après l'installation du robot, les éleveurs constatent qu'en plus du temps de travail épargné, le comportement des jeunes bovins est plus favorable à une bonne croissance.
Un an après l'installation du robot, les éleveurs constatent qu'en plus du temps de travail épargné, le comportement des jeunes bovins est plus favorable à une bonne croissance. - © S. Bourgeois

À l’EARL de la Gauvenière en Mayenne, où sont engraissés 150 jeunes bovins, le système d’alimentation automatisé Lely Vector est entré en fonction en janvier 2015. Un an plus tard, les premiers lots nourris par le robot de A à Z ont pu faire l’objet d’un bilan. La première observation des éleveurs concerne le comportement des animaux. «Ils sont beaucoup plus calmes. Il y a moins de bagarre, et pas de cornes cassées. Nous n’avons eu aucune perte d’animaux cette année contre en moyenne 1 à 2 % par an auparavant » rapportent Francine et Jean-Marie Gautrais. Les animaux, qui sont allotés par poids à leur arrivée en cases de neuf places, sortent à des poids plus homogènes. L’écart, qui était d’une centaine de kilos en fin d’engraissement auparavant, est réduit à environ 25 kilos avec le robot.

Les jeunes bovins ont été engraissés en 11 mois au lieu de 12 auparavant. " La mise en place du robot d'alimentation a permis de passer de 1,268 kg/jour (échantillon 58 JB) à 1,391 kg/jour (échantillon 55 JB), soit un gain de 0,123 kg/jour. Économiquement l'augmentation des performances se traduit par une augmentation du produit brut par jour de 0,28 €/jour soit 105 € de marge brute par JB" explique Mathieu Bourneuf d'Agrial. Ce gain de GMQ est cependant à mettre en lien avec le fait qu’auparavant, la ration n’était pas distribuée mélangée. Les éleveurs distribuaient la même ration mais avec une désileuse pour les fourrages et à la main pour les concentrés. Quatre rations sont programmées : la première pour le premier mois, les suivantes adaptées aux phase de croissance suivantes pour des durées de trois mois. « Globalement, nous constatons un meilleur état sanitaire des jeunes bovins. »

Le fonctionnement de l’installation n’a pas posé de problème particulier. Les chemins entre la « cuisine » et les auges ont juste dû être améliorés pour une bonne circulation du robot.

Le temps de travail a été précisément évalué. Il est d’une demi-heure par jour contre 2h30 auparavant. Aux yeux des éleveurs, l’objectif principal est atteint : limiter les tâches physiques et rester motivé par le métier.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui