Réussir bovins viande 30 août 2013 à 08h00 | Par Michel Portier

Dossier - Bien préparer la ration avec une mélangeuse à vis verticale

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Même si le bol absorbe bien 
les balles entières, il est préférable de prédécouper 
le fourrage à la récolte.
Même si le bol absorbe bien les balles entières, il est préférable de prédécouper le fourrage à la récolte. - © Kverneland

Le temps et la qualité de préparation d’une ration avec une mélangeuse à vis verticale dépendent de la composition de la ration et de la conception de la machine. Mais, la façon de l’utiliser et d’organiser son chantier est tout aussi importante pour gagner du temps. Pour les rations avec beaucoup de brins longs (foin, paille, enrubanné), il est préférable de prédécouper le produit au moment de la récolte avec une presse équipée d’un rotor hacheur. Le surcoût au pressage sera largement compensé par le gain de temps et les économies de carburant lors du mélange journalier. À défaut, il est conseillé de défaire un peu la balle au chargeur avant de la mettre dans la mélangeuse. Au moment du mélange, une utilisation raisonnée des contre-couteaux et une vis avec des couteaux toujours bien aiguisés profitent à la rapidité de travail et aux économies de gazole. Même raisonnement pour le choix d’une puissance de tracteur adoptée et l’utilisation du régime économique de prise de force. L’utilisation des deux vitesses de vis pourra limiter le besoin de puissance au démarrage du mélange.


Revoir son stockage et sa fabrique d’aliments


Veiller également à respecter l’ordre d’incorporation des produits, les brins longs en premier avec les concentrés, suivis des brins courts avec l’ensilage. L’organisation du stockage des aliments doit suivre cette logique, les brins longs et les concentrés d’un côté, les silos de l’autre. « Cette nouvelle méthode de travail est rarement compatible avec les fabriques d’aliments conçues à l’origine pour une distribution manuelle. Il faudra souvent revoir son installation pour un chargement à la vis ou au godet », note Pierre Lépée, conseiller à la chambre d’agriculture de la Creuse.
La mélangeuse automotrice tire son épingle du jeu en termes d’organisation du travail. « Une seule personne avec une seule machine réalise l’ensemble des tâches. Le chargement à la fraise de tous les composants de la ration la rend d’autant plus efficace qu’une fois la cuve pleine, il suffit de mélanger, les fibres longues ayant été coupées », estime le conseiller.

- © Réussir Bovins Viande

Pour en savoir plus

Voir dossier de Réussir Bovins Viande de juillet-août 2013. RBV n°206, p. 18 à 29.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui