Réussir bovins viande 25 avril 2003 à 18h04 | Par Denis Lucas

Attelage, toupies, dents... : la faneuse sous toutes ses coutures

Toutes les faneuses ne se ressemblent pas. Chaque constructeur met en avant ses spécificités.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La faneuse est un outil qui tient une place importante dans la chaîne de récolte du foin. C´est le seul outil qui passera plusieurs fois dans la parcelle pour une seule et même récolte. Si au premier abord, toutes les faneuses se ressemblent, en y regardant de plus près, chaque constructeur met en avant ses spécificités notamment pour faciliter l´utilisation des machines.

Une transmission robuste
Pour suivre le relief du terrain, les différentes parties de la faneuse doivent s´articuler légèrement tout en continuant à transmettre le mouvement. Kuhn et Claas proposent pour cela des systèmes d´entraînement à doigts qui assurent la transmission du mouvement même avec un angle important entre les rotors. Ainsi il n´y a pas de risque de casse même si l´on replie les rotors extérieurs sans débrayer l´entraînement.
Les autres constructeurs proposent des entraînements par cardan double. Chez Fella, c´est un cardan simple qui assure la transmission. Mais pour éviter qu´elle ne se casse, cette transmission est automatiquement débrayée lors du repliage.
©Kuhn


Faner en bordure
Lors du fanage des bordures de champ, il est préférable de pouvoir orienter la faneuse de manière à projeter le fourrage vers l´intérieur du champ. Selon les constructeurs, cela est possible en agissant sur l´orientation des roues, par une commande sur chaque essieu ou une commande centralisée. Il est également possible de faire pivoter l´attelage grâce à un vérin, ou seulement les rotors extérieurs (chez Vicon). Chez Lely, la faneuse ne pivote pas, mais il faut modifier la position des dents des toupies extérieures.
t Petites ou grandes toupies
Pour une même largeur de travail, on peut trouver des faneuses ayant quatre ou six toupies. Le nombre de toupies a évidemment une incidence sur le prix de la faneuse.
Mais le choix doit se faire avant tout en fonction de la largeur de la faucheuse, afin que l´andain se retrouve entre deux toupies. Parce que le premier fanage est le plus important pour la réussite du foin. A noter que les petites toupies réalisent un fanage plus agressif, ce qui peut poser des problèmes de perte de feuilles avec des légumineuses.

Un attelage pivotant
Les faneuses portées disposent d´un attelage pivotant pour pouvoir travailler en courbe. Mais pour que cette liberté de mouvement n´engendre pas trop de balancement, les mouvements sont amortis par des stabilisateurs placés de chaque côté de l´articulation. Sur ses modèles Stabilo, Lely a opté pour une articulation par parallélogramme déformable. La faneuse peut ainsi suivre le tracteur en virage serré. Ce système ne nécessite pas de stabilisateurs.
©Vicon

A chacun sa dent
On peut presque dire qu´il y a autant de types de dents que de constructeurs. Certains proposent des dents dont les deux brins sont de longueurs différentes, en avançant le fait que les deux brins ratissent le fourrage de manière égale. Mais cela implique d´utiliser deux types de dents selon le sens de rotation des toupies. Lely propose sa « dent crochet » qui est une dent traînante dont les extrémités sont courbées. Le constructeur avance une meilleure qualité de fourrage et une moindre casse de dent, car celle-ci s´efface devant les obstacles.
A noter qu´il existe des systèmes anti-perte de dents afin d´éviter de retrouver des dents dans les bottes de foin et d´endommager la presse.
©Pöttinger

Des modèles traînés pour petit tracteur
Pour faner en grande largeur avec des tracteurs de faible puissance, il existe des modèles dotés d´un essieu escamotable. Cet essieu sert pour le transport et pour relever la machine en bout de champ. Le surcoût est d´environ 900 à 1200 euros, c´est-à-dire 150 euros par an pour un amortissement sur sept ans.
On trouve également des modèles dont les toupies se replient dans la longueur et qui, au transport, sont supportés par les petites roues des toupies. Ces petites roues sont cependant plus sensibles aux crevaisons dans les chemins.
©D. Lucas

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui