Réussir bovins viande 19 avril 2007 à 17h49 | Par Marie-Cécile de Mones

Alimentation en eau des pâtures - L´énergie solaire se développe plus que l´éolien ou d´autres systèmes autonomes

Plusieurs systèmes d´abreuvoirs autonomes existent pour fournir une eau de qualité aux parcelles isolées. Les équipements solaires sont aujourd´hui plus attractifs que l´éolien, entretien oblige !

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les abreuvoirs à alimentation autonome, destinés aux parcelles pâturées éloignées du réseau d´eau, évoluent et connaissent un regain d´intérêt. Ils simplifient le travail quotidien des éleveurs et offrent une eau de qualité limitant les risques de parasitisme. Les abreuvoirs, alimentés par un système de pompage fonctionnant à l´énergie solaire, intéressent de plus en plus d´éleveurs français.
L´énergie solaire est captée par les panneaux (capteurs photovoltaïques amorphes ou polycristallins) réactifs à une faible luminosité et offrant un bon rendement, puis est stockée dans des batteries. Ces dernières alimentent une pompe à eau (immergée jusqu´à 50 m ou, de surface).
Le débit varie de 160 à 1400 l/h, selon les modèles et les constructeurs, ce qui permet d´alimenter un troupeau de vingt à trente bovins.
Aucun entretien particulier est nécessaire. La seule contrainte pour obtenir un fonctionnement optimal est d´installer le système à l´écart d´une zone d´ombre.
L´abreuvoir à alimentation autonome à énergie solaire prend tout son intérêt lorsque le soleil est le plus fort : les batteries se rechargent le plus efficacement et peuvent répondre au pic de demande en eau des bovins.
L´énergie solaire est captée par les panneaux réactifs à une faible luminosité et offrant un bon rendement.©Gaec Bauchet

Temps de maintenance élevé pour le système éolien
Le coût d´un équipement de base est de l´ordre de 2000 ?.
L´autre énergie naturelle exploitée pour alimenter les pompes à eau dans les pâtures est le vent. Généralement, une éolienne de pompage se compose d´un pylône de quatre à 16 mètres au sommet duquel se fixe une roue (1,6 à 2,7 m de diamètre) constituée de 15 à 20 pales, souvent en tôle galvanisée. La roue se déclenche à partir d´une vitesse de vent de deux à trois mètres par seconde. Cet ensemble se place sur un forage (40 m maxi de profondeur) ou à une distance de 200 m d´un point d´eau. Les constructeurs annoncent « un débit minimal de 3 à 8 m3/jour, pour un investissement à partir de 1300 euros. » Il est obligatoire de créer un conduit de retour au puits avant le débordement du bac, afin de limiter le risque de pollution bactérienne.

L´entretien préconisé par les fabricants se réduit à un graissage des roulements (une à deux fois par an) et la purge de la tubulure avant l´hiver. Certains proposent un graissage automatique avec un système à bain d´huile. Les éleveurs considèrent le système de pompage par énergie éolienne plus contraignant que le système à énergie solaire puisqu´il « est nécessaire de démonter toute la tringlerie (jusqu´à 40 m), pour vérifier l´état (corrosion) tous les ans. C´est une manipulation exigeante en temps et en main-d´oeuvre. D´autre part, en plein été, le vent est parfois absent, alors que c´est à ce moment que mes vaches boivent le plus. », explique un éleveur converti à l´énergie solaire.
Les éoliennes de pompage ne sont plus à la mode, du fait de leur entretien contraignant. ©DR

La force de l´eau ou celle des animaux assure le pompage
Autre énergie renouvelable pour actionner une pompe à eau, c´est le système du bélier, où le courant de l´eau doit être important, combiné à une cloche et à des clapets. Ce dispositif s´avère économique (à partir de 687 euros) et peut être utilisé sur une longue durée (au moins 30 ans). Il permet de monter l´eau jusqu´à plusieurs dizaines de mètres, vers un abreuvoir ou une cuve de réserve. Richard Walton, dernier fabricant français à Bordeaux, avoue que « le bélier est parfois difficile à régler et il est difficile d´estimer exactement son rendement. » Il existe aussi la pompe de prairie ou pompe à nez : le bovin pousse une palette mobile avec son mufle pour actionner une pompe immergée. Elle peut s´installer sur des cours d´eau de faible débit, jusqu´à 7 ou 8 mètres de profondeur, pour 300 à 800 ?. L´absence d´eau stagnante empêche les oiseaux et les renards de contaminer l´eau.
Cet abreuvoir est destiné à une vingtaine de bovins, mais un seul, ou deux, peuvent boire en même temps.

Enfin, la pompe à hélice flottante est « un système, retenu par une corde, qui flotte sur le cours de l´eau. Un courant de 2 km/h permet de pomper environ 4500 l/jour. Ce système nécessite peu d´entretien et coûte environ 1200 ?. L´hélice peut par contre se bloquer en cas de débris flottants », explique Mario Quevillon, ingénieur agronome québécois.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Bovins Viande se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui